Bienvenue sur le site de la Fédération des PACT
Premier réseau associatif au service de l'habitat en France
Charte graphique accessible
zone de saisie rechercheLancer la recherche
Accueil » La réhabilitation urbaine et sociale, cœur de métier des Pact Arim
Réhabilitation Urbaine
Imprimer ce contenu
La réhabilitation urbaine et sociale, cœur de métier des Pact Arim

L’évolution de la fonction et de la place des quartiers d’habitat existant dans nos villes et nos villages conduit à reposer sans cesse la question de la sauvegarde de leur identité, de leur diversité sociale et de leur qualité résidentielle. En mettant l’habitat au cœur des priorités de l’action locale, chaque jour, les équipes des Pact Arim animent, conseillent, transforment, mettent en valeur le cadre de vie de dizaines de milliers de ménages dans plus de mille quartiers.

En graduant et mixant les modes d’intervention (l’aménagement, le traitement de l’insalubrité, le logement des personnes défavorisées, l’adaptation des logements des personnes âgées et le logement locatif à loyer maîtrisé) le Mouvement Pact Arim poursuit depuis 40 ans sa réflexion sur les pratiques de réhabilitation urbaine et sociale fondées sur l’action sur le logement et l’immeuble et la mobilisation des habitants.

Il est un acteur permanent du débat sur l’avenir des quartiers. A ce titre, il participe aux principaux réseaux de réflexion visant le renouvellement des modes d’intervention sur les quartiers existants. A travers l’UR Pact Aquitaine-Poitou Charentes, il anime notamment le Club des Opérations de Renouvellement Urbain Majeures (CORUM), pour le compte de ses organisateurs, l’ANAH et la CDC.

Les expériences de Chambéry et de Bayonne qui sont présentées dans notre dossier sont emblématiques de la capacité des Pact Arim à conduire dans la durée des opérations de réhabilitation urbaine longues et complexes. Elles témoignent de la permanence du positionnement des Pact Arim aux côtés des collectivités locales pour mettre en oeuvre des programmes d’actions ciblés, adaptés aux besoins et inscrits dans la durée.


Deux exemples témoignent de cette mobilisation

• Le Pact Arim de de Savoie:
Chambéry et la réhabilitation urbaine,  un effort continu depuis 30 ans

Reconstruire la ville sur la ville, c’est souvent un choix urbanistique et parfois une obligation suite à un dramatique sinistre….
Ainsi, à Chambéry, un îlot complet a dû faire l’objet d’une restauration lourde, suite à un grave incendie, dans lequel deux jeunes gens ont péri.
Pour la réhabilitation qui a suivi, la municipalité a pu s’appuyer sur le Pact Arim, son partenaire depuis plus de 30 ans.



Au cœur du secteur sauvegardé de Chambéry, un îlot de 8 copropriétés regroupant une cinquantaine de logements et une dizaine de commerces est ravagé par les flammes et par l’eau en janvier 2002.

Agir vite
Immédiatement, la ville, sous l’impulsion de son maire, Louis Besson, s’est fortement investie dans l’accompagnement des sinistrés : relogements, arrêté de péril, gardiennage de l’îlot, mobilisation des experts et assureurs, des syndics, des architectes d’opérations, des financeurs potentiels,…
Mais la complexité des problèmes soulevés par la restauration de ce bâti historique conduit à la désignation d’un groupe d’expertise… dont le Pact Arim.. « Dans un premier temps, note Chantal Duchatel, sa directrice, le groupe a dû arbitrer entre des enjeux parfois contradictoires lors des permis de construire et des déclarations de travaux. Puis, la réflexion s’est élargie à tout le centre ancien ».

Vers un dispositif global
Ce travail partenarial a conduit à proposer un dispositif plus global avec :
  • des arrêtés prescrivant, contre les risques d’incendie, des mesures de sécurité lors de travaux, et de prévention pour l’accessibilité des immeubles par les services de secours (réglementation du stationnement, affichage des plans de tous les niveaux, obligation d’extincteur…).
  • Une étude-diagnostic, co-financée par l’Anah, pour l’élaboration d’un guide méthodologique sécurité et prévention Incendie des parties communes, puis la réalisation d’un document d’auto-diagnostic des parties privatives par les habitants.
  • Enfin, des diagnostics sécurité incendie des parties communes de 590 copropriétés, réalisés avec le concours de Socotec. « Il faut souhaiter que les travaux préconisés par ces diagnostics fassent l’objet d’aides spécifiques de la ville de Chambéry » précise Chantal Duchatel et d’ajouter : «Une démarche est aussi en cours auprès de l’Anah pour une opération expérimentale de sécurité et prévention incendie des copropriétés dégradées. »

La réhabilitation est une œuvre de longue haleine
Ce dramatique incendie illustre la capacité du Pact Arim à apporter à la collectivité des réponses adaptées, tantôt ponctuelles et dans l’urgence, tantôt plus globales et dans la durée. Car « Le Pact est fortement présent sur la ville depuis près de 30 ans » rappelle sa directrice : « Il a animé 5 OPAH, 3 programmes d’intérêt général et conduit aujourd’hui une OPAH intercommunale sur Chambéry Métropole. En parallèle, il manage les opérations d’amélioration de l’environnement et du cadre de vie avec ravalement des façades, curetage en cœur d’îlots, traitement des devantures commerciales, accessibilité au handicap ».

Chantal Duchatel, Directrice du Pact de savoie, a une conviction qu’elle s’emploie à faire partager : « La réhabilitation d’un centre ancien est une œuvre de longue haleine qui implique un travail dans la dentelle. La pérennité d’un organisme départemental, son réseau partenarial, la pluridisciplinarité de son équipe, sa présence de terrain, sont les composantes indispensables pour conduire un travail en profondeur auprès des propriétaires et habitants. »

   
Pact Arim et Urbanistes
Depuis une dizaine d’années, le Mouvement Pact Arim a pris toute sa place dans l’organisation du milieu professionnel des urbanistes, tant au travers du Conseil français des urbanistes (CFDU) que de l’Office professionnel de qualification des urbanistes (OPQU), dont la Fédération est un membre reconnu.
Outre le maintien et le développement de ses actions en amont de l’opérationnel il s’agit, pour le Mouvement et au travers de la pratique des professionnels des associations Pact Arim, de privilégier la proximité et de défendre l’idée d’un urbanisme à taille humaine, au service des habitants d’un territoire et en particulier des plus démunis d’entre eux.
www.cfdu.org  et www.opqu.org



CORUM
Le CORUM est un club d’acteurs initié par l’ANAH et de la CDC. Il associe tous les professionnels du renouvellement urbain en quartiers anciens, notamment des collectivités locales, des partenaires locaux des opérations, des administrations centrales et réseaux de l’Etat. Il a pour objectif de mettre en débat, sur la base de journées d’échanges d’expériences et d’ateliers, « les pratiques du renouvellement urbain en quartiers anciens ». A ce titre, il se veut « un carrefour de rencontre entre élus locaux et professionnels de l’aménagement, de la lutte contre l’insalubrité et du renouvellement urbain ».
www.corum-france.org


• Le Pact du Pays Basque:
Au Pays Basque, l’outil de réhabilitation urbaine s’appelle  toujours Pact Arim

Au Pays Basque, l’outil de réhabilitation urbaine s’appelle Pact Arim et ce constat sera prochainement honoré lors des 40 ans de cette association. Elle a su, au fil des ans, devenir cet expert reconnu à Bayonne comme dans tout le Pays Basque. «Sans doute en France la plus forte activité d’un Pact rapporté au nombre d’habitants » souligne Jean Gayas.

Une savante alchimie

Un tel résultat n’est pas le fruit du hasard. Il s’explique par une savante alchimie développée patiemment :
  • Par la municipalité de Bayonne qui est, depuis 35 ans, un laboratoire expérimental pour toutes les interventions urbaines : contrat ville moyenne en 1977, caisse d’aides locales en complément des aides de l’Anah, plan de sauvegarde pour la mise en valeur du centre ville, 4 ou 5 Opah générales puis des Opah sur des îlots …Comme si les difficultés liées à son centre ville historique l’avait stimulée constamment : parcellaire particulièrement dense, caractéristiques techniques de ses constructions, forte demande en logements sociaux rendue plus accrue du fait de la pression des prix dans cette zone touristique très recherchée…
  • Avec le Pact qui, très tôt a voulu investir dans l’expertise pour mieux répondre aux défis techniques, mais aussi financiers et humains posés par les opérations. Le Pact s’est doté de toutes les expertises et peut répondre ainsi aux sollicitations des collectivités locales comme des particuliers. Le Pact  a son propre architecte « labellisé monuments historiques » et intervient pour les études sur le patrimoine de la Ville comme sur celui des particuliers. Ainsi, en aidant les particuliers à investir, le Pact connaît les projets et se met en position pour trouver des solutions pour résoudre les demandes les plus sociales.
  • Le Pact possède son propre patrimoine. Avec 9O logements et un service d’accompagnement social et de médiation locative, il peut loger dans l’urgence des familles en difficultés.
Rester force de propositions

La philosophie de l’action est simple : disposer de la gamme d’intervention la plus large possible, « les 7 métiers des Pact » pour mieux répondre aux demandes, en restant l’interlocuteur technique au savoir faire reconnu. « Nous avons crée un point info énergie, car les charges deviennent un problème important, et un fond de garantie pour le logement des étudiants pour garantir les propriétaires ».
Car pour demain, Jean Gayas sait les défis qui pèsent sur les centres villes, à Bayonne comme dans tout le Pays Basque. « Le Pact doit être force de proposition auprès des collectivités » rappelle-t-il. Et de citer le développement de la gestion de logements, le développement de l’accession sociale à la propriété, en lien avec des coopératives Hlm, le développement du bail à réhabilitation, le développement géographique avec des interventions sur tout le Pays Basque.

Page précédente : Accessibilité
Page suivante : Zoom